08/04/2012

Lire Venise est un plaisir

Le Turquetto.jpgSigné Ticianus, le tableau exposé au Louvre "L'Homme au gant" du Titien intrigue des historiens d'art qui se demandent si le tableau est effectivement signé le Titien.

Metin Arditi dans une enquête haletante retrace  le parcours du Turquetto, disciple du Titien et auteur du tableau. 

Turquetto, dit Elie,  né juif  à Constantinople, en terre musulmane vers 1519, se découvre très tôt une passion et un talent exceptionnel pour le dessin. Un seul regard lui suffit pour mémoriser un visage et opérer un rendu d’une époustouflante exactitude mais sa religion lui défend les représentations humaines.

Les évènements familiaux l’amènent à s’exiler à Venise, terre chrétienne et siège des plus grands peintres de la Renaissance. Dans l’atelier qui le reçoit, on le surnomme tout de suite, Le Turquetto, "Le petit turc". Il acquiert rapidement une notoriété, ouvre un atelier et les commandes affluent.

Il se convertit au Christianisme et poursuit une carrière éblouissante. Son sens du trait, de la couleur et de l’expression le démarquent des autres artistes. On le considère même supérieur au Titien et au Véronais.

Un destin exceptionnel auquel de notables ambitieux Vénitiens veulent s’associer pour bénéficier de cette renommée et notamment, Filippo Cuneo, un parvenu qui lui commandera une Cène qui marquera un tournant inattendu dans sa vie.

La partie consacrée à l'exposition de cette dernière Cène qui anticipe la fin du roman est l'instant majeur de ce roman qui est un petit chef-d'oeuvre.

Alors le lecteur se demande si cette dernière oeuvre a été brulée, s'il n'en reste pas une partie  et si "L'Homme au gant" est l'unique vestige de cet énorme talent.

A dévorer.

 

 

Publié dans LIRE VENISE |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.